CHANTS-SONS SANS FRONTIERES

CHANTS-SONS SANS FRONTIERES

Etude géobiologique dans le Nord-Isère

  

En ce qui concerne notre étude géobiologique, dont je vous invite à lire un préambule dans la rubrique "L'indispensable étude géobiologique", nous allons nous intéresser ici aux rayonnements terrestres des veines d'eau (présence d'eau sous-terraine) et à leurs impacts directs sur la végétation. Cette étude révélatrice permet de responsabiliser chacun d'entre nous, du plus petit au plus grand,  dans le respect de l'environnement, dans les choix futurs des plantations et de constructions concernant l'habitat.

 

  • Vous ne pourrez plus désormais planter un végétal sans connaître les conséquences.
  • Vous ne pourrez plus  construire votre maison n'importe où et avec n'importe quel matériau, parce que nombreux matériaux de construction habituels sont conducteurs et amplificateurs de ces rayonnements terrestres naturels. 
  • Nous sommes tous amenés à changer nos habitudes et à modifier nos comportements pour une vie meilleure et plus saine. 

 

La planète est un vaisseau de cristal (Carbone-Silice) qui transporte à son bord des milliards de passagers, majoritairement inconscients. Un vaisseau, comme un bateau ou un avion mal dirigé part à la dérive...Un choc électromagnétique peut couper un avion en deux en plein vol.

 

Des rayonnements terrestres brisent la vie d'un végétal, s'il est planté au mauvais endroit, tout comme ils brisent la vie des gens, parce que la structure atomique humaine n'est pas forcément "préparée" à recevoir des rayons gamma en provenance du sol, comme en provenance du soleil central galactique (Sirius). Comme les végétaux, vous avez ceux qui se portent très bien face à ce rayonnement (les chats et les humains qui vibrent sur de hautes fréquences) ; ils ne sont pas dérangés - et puis vous avez les "fuyards", ceux qui tombent malades, qui poussent de travers, avec des divisions, tel l'homme qui marche soudainement à trois pattes. L'impact de ces rayonnements terrestres naturels n'épargne personne. 

 

C'est parce que nous manquons de connexions profondes à nos racines que nous tombons malades. Les humains vont et viennent sur ce magnifique vaisseau bleu et vert, mais ils ne prennent pas le temps de le connaître. Nous pouvons donc constater à grande échelle que l'Ignorance tue l'homme. 

 

Voici des clichés pris dans une propriété située dans le Nord-Isère et aux alentours, qui démontrent clairement la bêtise humaine et le manque profond de respect de notre grand vaisseau qui nous nourrit. Nous sommes ici pour apprendre à vivre avec les Eléments, à chaque instant parce si nous nous détournons des Eléments, qui nous miroitent à chaque souffle notre véritable nature, ces Eléments nous prendrons ! Preuves en images...

 

C'est à partir de Maintenant que nous devenons intelligents ! C'est au-delà des 5 sens que nous avons développé, que la vérité apparaît. Ainsi, nous n'avons besoin d'aucun instrument de mesure pour nous réveiller à l'évidence...

 

 

DSC00090.JPG

Présence d'une chute alignée de "fuyards" (un jeune pommier et un saule à chatons pleureur). Une neige abondante et lourde suffit à les déraciner ou à les briser, comme ce fût le cas ici. Le passage d'une veine d'eau a nuit totalement à la croissance et au "futur" de ces espèces. 

 

DSC00093.JPG

 La pousse en travers du "Saule à chatons" a favorisé sa chute, lors du poids de la neige. Présence à l'arrière d'un bouleau déformé (pousse "divisée") qui témoigne également d'une zone dérangée. 

 

DSC00092.JPG

 Présence sur le tronc du Saule à chatons de "pousses pleine d'eau". Ces pousses sont toutes orientées du même côté, c'est à dire en direction du rayonnement et non du vent. 

 

 

PR28096_700x320.jpg

 Le même exemple, mais qui se déplace.

 

 

DSC00095.JPG

Sur le circuit de la veine d'eau, les" fuyards" tombent, tandis que le cerisier se porte bien. Le tilleul au fond se présente en "division". Il se situe donc sur une zone dérangée. Présence de mousse dans le gazon révélant un sol humide et instable. Le sol gonfle par la présence d'eau sous-terraine. 

 

 

 DSC00085.JPG

Le long de la veine d'eau qui traverse la propriété du Sud vers le Nord/Ouest, un saule pleureur déraciné et débité. Les "fuyards" sont tombés. 

 

DSC00088.JPG

Les "chercheurs" au fond du parc sont à leur place. Tous les épicéas sont friands d'eau. 

 

DSC00089.JPG

Le ceriser ci -contre est un "chercheur". Le pommier n'a pas du tout aimé...il est à terre. 

 

DSC00098.JPG

Une rangée de bouleaux condamnés à tomber un jour ou l'autre, par leur pousse en division et la présence de veines d'eau. Seul l'épicéa règne en maître. 

 

DSC00087.JPG

Dans la rangée des "chercheurs", nous retrouvons le merisier et le charmille. Observons le tronc élancé et vigoureux de chacun. 

 

DSC00096.JPG

 Un érable japonais qui a bien du mal à "décoller" dans un milieu humide. 

 

DSC00097.JPG

Cet espèce magnifique ne peut  se développer qu'en "divisions" ici. Cette croissance est un véritable défi dans une région humide/froide l'hiver et chaude l'été. 

 

DSC00100.JPG

 Un "chercheur" de la famille des épicéas. Expansion latérale.

 

DSC00101.JPG

Un marronnier déformé, qui pousse en divisions et qui au moindre poids lourd de la neige peut casser. 

 

DSC00108.JPG

Un Lilas déformé, avec ses multiples pousses en "roseaux", tout comme les cognassiers du Japon de la propriété. Il est inutile de vous battre avec elles, elles repoussent automatiquement, puisqu'il y a présence de veines d'eau. 

 

DSC00102.JPG

Une anomalie majeure qui confirme la présence d'une veine d'eau à rayonnements nocifs par la caractéristique d'un pin dit "parasol" divisé, à partir de 1,50 mètre du sol. Ces rayonnements montent vers le haut et ensuite se dispersent latéralement. Ce pin déformé, loin du "parasol" attendu le démontre clairement. 

 

DSC00103.JPG

De l'autre côté du portail, un autre pin parasol robuste, cette fois-ci, qui présente une croissance normale.

 

DSC00104.JPG

Observons ici sa base bien ancrée. 

 

DSC00105.JPG

Un Sorbier mal en point, avec une présence de croisements de jeunes branches à la verticale, qui indique un léger rayonnement en forme de spirale à rotation vers la gauche. L'arbre tente de s'équilibrer tant bien que mal en poussant en deux parties bien distinctes. 

 

DSC00106.JPG

 Un Hibiscus  déformé  avec croissance en divisions. 

 

DSC00107.JPG

La même variété d'Hibiscus, avec une croissance normale, situé à environ 4 mètres de son frère. 

  

DSC00109.JPG

 Un jeune noyer présente un tronc élancé. Il est à sa place et doit être soigné.

 

DSC00110.JPG

Des bois de châtaigniers côté Nord/Est de la propriété, présentant des déformations (divisions). Zone dérangée par la présence de veines d'eau. 

 

DSC00081.JPG

Une plaque dans un champ aux alentours de la propriété attire l'attention. Présence d'herbe décolorée, dont se dégage une chaleur ressentie dans les mains. Même le chat qui m'accompagne sur les lieux ne pénètre pas cette zone. Il reste sur la zone verte. Signe de contaminations négatives. 

 

DSC00080.JPG

La fusariose est un champignon qui décolore l'herbe, jusqu'à la détruire. Elle peut survenir en cas de forte humidité. 40 mm de pluie favorise son apparition, ainsi que la présence sur le sol de résidus de cultures contaminées. 

 

 

DSC00079.JPG

Des traces de tracteur à droite indiquent que cette contamination est d'origine humaine. Le locataire de ce champ sera interpellé et entendu pour les faits. Ces plaques sont apparues récemment sur le plateau.  

 

 

DES REMEDES NATURELS

 

Les ondes de forme de la coquille St jacques

 

 DSC00121.JPG

 En mode émetteur, nous donnons.

 

DSC00122.JPG

En mode récepteur, nous recevons. Nous bénéficions des rayonnements solaires qui purifient et alimentent notre organisme, en pénétrant par la peau. Observons que les bénitiers des églises ont majoritairement une forme en coquille St Jacques. Ses ondes de forme connues depuis la nuit des temps, purifient l'eau tout en la dynamisant. Cette eau "bénite" ou "sacrée" à un effet puissant pour nos cellules car elle est Vivante !  

 

DSC00076.JPG

Rosier ancien "boosté" par la présence d'ondes de forme des coquilles dont la base est orientée au Nord magnétique. Elles émettent ou distribuent leurs rayonnements très puissants. 

 

DSC00117.JPG

De jeunes rosiers qui poussaient mal ont commencé à "décoller" grâce aux ondes de formes posées par quatre (4 piliers) autour de la plante, dont les bases sont orientées au Nord magnétique. 

 

DSC00120.JPG

Une pelouse sèche et abîmée peut rapidement repousser en présence d'ondes de forme, bases orientées au Nord magnétique. Les ondes de forme suppriment les noeuds géopathogènes (croisement de veines d'eau, croisement de réseau Curry, Peyré, Hartmann...) 

 

DSC00123.JPG

Ce que j'appelle un véritable "Autel" de purification. Indispensable à l'entrée des maisons. 

  

DSC00130.JPG

Ondes de forme déposées en croix afin de purifier le rosier des parasites (araignées, chenilles...qui dévorent les feuilles). Le croisement de l'axe vertical et de l'axe horizontal permet l'équilibre. Le rayonnement solaire reçue au creux de la coquille va émettre un rayonnement blanc et un son (une fréquence particulière) qui va purifier la plante, la dynamiser afin de l'harmoniser. 

 

DSC00072.JPG

 Que de merveilles toutes fraîches à contempler !

 

DSC00118.JPG

La présence de chats dans la propriété est importante, parce qu'elle régule et harmonise les flux électromagnétiques, dont les rayonnements nocifs pour l'Homme. Les chats sont des "éponges" qui ont besoin de beaucoup d'heures de sommeil afin de recharger leur batterie. Ce sont des êtres magnifiquement dévoués et aimant inconditionnellement. 

 

DSC00129.JPG

 Ondes de forme dans une plante. Positionnez-là telle que vous le ressentez. 

 

DSC00126.JPG

 

Une magnifique étude dans une propriété riche en diversités. Les Eléments façonnent la nature. Il est de notre devoir de s'y connecter, car ils nous permettent de voir plus clair et de trouver des solutions naturelles pour tout, sans endommager l'environnement. 

 

La géobiologie nous apprend à mieux nous connaître chaque jour afin de mieux nous respecter. Nous avons oublié de nous respecter. C'est en nous respectant que nous respectons naturellement notre environnement. Il n'y a pas de mystère ; tout est là sous nos yeux. 

 

Dossier de Béatrice Balme

Géobiologue - experte en ondes et sommeil.

 

 



23/04/2014